ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo




Présentation générale de la langue gallo



Pourquoi s'intéresser au Gallo ?


Avant de parler du gallo, quelques points pour bien éclairer ce domaine trop souvent politique, c’est-à-dire subjectif.

Nous allons donc rappeler quelques points majeurs avec une approche scientifique pour éviter tout écueil polémiste.

Concrètement, une langue est d’abord une mémoire qui transmet des savoirs et des savoir-faire, et ceci dans tous les domaines scientifiques.

Parmi ceux-ci, on retrouve en particulier la toponymie qui nous donne le plaisir et la fierté de retrouver les anciennes appellations. Mais nombre de responsables locaux oublient ou ignorent le capital « connaissances » que recèlent bien des noms de lieux.
    A titre d’exemple, on peut s’interroger sur la pertinence à terme de construire des bâtiments lourds sur des « nielles » (dunes) ou dans des terrains humides reconnus comme des « noes ».

Pour revenir à l’un des fondamentaux en linguistique, il n’y a pas de langue isolée, sortie de nulle part. La majeure partie des langues ont conservé la trace des apports et influences des langues voisines mais parfois aussi très éloignées.

Le gallo ne déroge pas à ces considérations : catégorisée « langue d’oïl » suivant cette classification très sommaire, le gallo appartient à la famille générique des langues romanes et se nourrit d’apports celtiques, germaniques et anglo-saxons.

A ce titre, la proximité des stylistiques gallo et anglaise suscite toujours le franc étonnement. Deux exemples :

- la phrase possessive gallo est similaire à celle de l’anglais et bien différente de la française :

« je me suis cassé la jambe / I broke my leg / j’ae cassae ma qhette »
ou
« je me mouche / I blow my nose / je mouche mon naez »

- la prononciation gallo affiche également une proximité avec l’anglais :

« ça soufll » (verbe soufller (souffler)) se prononce « soufel » comme dans le mot anglais « little »,
sans compter les diphtongaisons où le mot « caozer » se prononce comme le « ow » de cow (vache).

Avant de parler « histoire de la langue gallo » et « son expression écrite », nous pouvons conclure cette rapide introduction en rappelant qu’une langue est toujours un héritage et comme tout héritage il peut être valorisé, agrandi ou dilapidé jusqu’à disparaître.

A chacun de choisir !

L’Académie du Gallo a fait son choix non seulement de préserver l’héritage reçu de nos parents et de nos anciens, mais aussi de propulser le gallo, notre langue, sur l’internet, dans le plus grand espace de communication mondial, et dans tous les domaines de la culture et des sciences.

Et la fréquence des visites et de l’usage de nos outils linguistiques, tant en Bretagne que dans le monde entier, montre que l’ambition de l’Académie du Gallo n’était pas irréaliste !