ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



(retour menu)

Les Dossiers linguistiques de l'Académie du Gallo

    Du Gallo dans les anciennes publications

      "Le Courrier de Châteaubriant"



"La lettre de Jean Cudesot"

par "Joseph CHAPRON"


SourcesArchives départementales de Loire-Atlantique

Section "Presse ancienne"
titre de presse : "Le Courrier de Châteaubriant"
édition du 08 août 1931




Contexte du billet
    Conte en forme de lettre émise de
, Joseph Chapron écrit : "D’aucuns ont voulu voir dans ces lettres en patois de l’ancien pays de la Mée, des amusettes écrites pour la grande joie de ceux qui ont conservé l’habitude et l’amour de leur vieux langage".

Mais il avait un autre but que de celui d’égayer les populations. Il a pensé qu’il était temps de sauver de l’oubli les mœurs et les croyances d’autrefois, et, pour cela, il les a enfermées dans ces histoires tristes ou gaies, parfois comiques, écrites dans ce langage imagé des anciens de la Mée.


Le billet gallo :

Le texte original, consultable aux Archives départementales de Loire-Atlantique, est transcrit ci-dessous en gallo normalisé.

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !




Lettr de Jean Cudesot

La Couyere, le 28 de juen 1931

Mon chier amin,

Je ne sei core pas ben d'afut depeis mon érussey, maez d'aprés ce qe je vais, il paraet qe ça ne va pas ben non pus par cez tai, raport a ta marraene q'ét tourjous enfenoulhey.

Faot ben endurer ce q'en ne peut empozer, malureuzement.

J'avom zeù ben de la peine a tarvalher, surtout den lez permiers mais, qe je ne fezaes qe suer, qe ma cheminze en taet moulhey qeme si je laz aviom trempey den la mare.

Falaet avair ben du couraije pour tarvalher, mai qi den le temp j'araes manjer l'ouvraije.

C'ét pas drôle sı t’as pas pus souvent de mez nouvelles, veù que je renâqe cant il faot prendr la pllûme, e qe j'en sei pus mou q'ûne hanebane.

J'avom étae tout de memme, maograe qe la maettresse degrignit, ovec la Marie a la noce a la filhe a Zaïe Mauhugeon, e peis, ma fai ! j’avom zeù ben du pllaezir pendant lez deuz journeys q’ol a durae.

Je sei rentrae coùcher a la maezon, raport ao bestial.

J’tiom ben ûne centaene de noçouz. Y en avaet q'taent venus de ben lein par le treïn e en carriole, aossi y avaet dez chârtes den tous lez coens de la metaeyeriy. La Marie taet venue ovec un vaizin du Beurbondy.

La patrone ronchonit ben pendant qheuqes journs. La pôvr marraene, c'ét ûne vray chamarouaode, le sang laz domine.

Faot ben dire aossi q'ol a ûne menière de charnalh sus la paitrine, ce qi laz rend de maovaez pailh. El y met dez empllâtrs de ghimaod e de gherit-tout, e peis son bonet de neit q'el trempe den son date, maez ren n'y faet. El a lez nerfs pus forts qe le sang, e peis son retourn d'âje li a tombae den lez zieus. Vaoraet ben mieuz q'el usse ûne melhoure santae, el seraet pus ureuze, ovec sa niey qi li coûte lez zieus de la teyte. Maez la mizere n'ét pas teurjous a côtae dez portes : el ét souvent deden.

J'avom tout de memme faet du bon fein st’aney, maograe q’ça paraessaet ghere. Y avaet ben du paesson sus lez chaentrs, maez den le mitan dez preys, ça n'étaet point ça, e peis du jan en masse, raport a la gadoulhe. Cez notr vaizin, c'étaet paraelh, maez le garc jetit de la bénédictine sur sez preys, e il fit ûne bone feneriy. Son père se moqit de li ; maez cant il veùt lez barjes dans l'aere, il déchantit e finit par dire qe cez cais-la fezaent ben du bien eyou q'y en avaet, maograe qe ça empuantaet la campaegne. C'ét pas qeme l'aney darraene, qe j’ûme ben de la peine a fener noz feins ovec lez ventouzes qi ne finissaent point, qe tous noz mulons, taent évalhaes den lez émondes, e la plley qi agâtaet tout.

J'avom aossi piqhae noz lizettes. Il sont prinzes, maez deja lez bigots sont aprés. Il y a pus d'ûne aerey q'en sera forcae d’erpiqher. Je crei q'en poura piqher noz chous d'ûne bone menière, s’il fezaet sement un p'tit de plley, ûne petite rouzey de qheuqes journs avant qe je nouz mettiom a la seyeriy. Ben manqe qe ça ne fera point qeme antane, qe j'avom zeù pus d'un demi-journ de chous perdus, raport ez ramiers qi taent venus lour manjer le qheur ; pourtant jamaez je n'aviom zeù de si biao pllant.

Pour ce qi ét dez graens e dez avaines, j'arom ûne bonne demiy-aney. Y a zeù trop de plley st’ivern, qe lez raezes taent plleines d'iao, de menière qe lez patenotrs e lez aotr bouriers il z-ont prinz sus le graen, e maograe qe 'j'aviom pâmeins saercllae, mai e lez garçalhes, y a zeù qheuqes seilhons q'étaent pouri d'aghule.

C'ét qeme pour les pomes, qe tu me demandis den ta darraene s'il y en araet den notr cartier. Ben, y en ara point, veù q'il ét venu dez beroueys q'ont brimae la fllour. Pâmeins, le vent taet ben pllaçae le journ dez Ramiaos. Maez tu sae ben le diton : qe cant il y a point de pomes, il s’en treue tout de memme.

Pour chanjer, faot qe je te marqe qe le père Hordebourg s'ét mouru le mais darraen, d'âje e peis aossi de sez rumatisses qi li manjaent lez membrs. Tu deis ben te rapeler de li, qe j'avom étae cez li ensembl baire ûne boley q’il tirit ao faosset. C'étaet un ancien cantonier q'avaet lâchae le gouvernement pour ajeter ûne petite biqeriy qi le fezaet vivr, veù qe c'étaet un vieuz garc q'avaet jamaez voulu se marier, maez rapiac en diabe.

Pourtant, souvent le matin, maez pas tous les journs, le facteur venaet cez li casser la croûte en pernant ûne boley e un p'tit verre de bllanche. Le père Hordebourg li contaet le temp eyou q'il 'taet cantonier, q'il manjaet son chantiao le dererre den son fossae en beuvant un coup de chamilhard de sa fabriqe, veù q'il n'taet paeyae qe carante-deuz francs par mais, e core q'taet lez deuz mais cez le percepteur, q’il li falaet faere puzieurs lieues a piet pour aler qerir son arjient. Son père taet journalier, a maitiae colettouz; il restaet den un vilaije a l'orey de la foreyt de Teilha. Le bonome avaet la permicion de coùper de la bourdaene e du grenac den lez baojes, pour fabriqer dez peniers e dez jedes q'il alaet vendr ao marchiae, ovec un ou deuz conaods q’il muçaet deden, cant lez metaeyers de son vilaije il z-y alant ovec lour maringote.

Le père Hordebourg avaet eritae de son père de sa maniy pour la chace; il passaet ben dez neits a l’afut ao chevreulh. C’ét la, ben manqe, q'il a ramassae sez rumatisses. Cant le chevreulh manqaet, il se rabataet sus lez paissons q'il tuaet a coups de fuzilh den les treus de la riviere. Ce qi ne l’empozaet point d'aler cant memme ovec d'aotr a la chace ao lieuvr ou a la perderiz. Sement il n'avaet jamaez de cartouches sus li, e il taet oblijae d'en empreyter ez camarades.

A force d'aler, il finirent par li y en fabriqer d'faosses q'il mirent deden de la pllûme dẹ perderiz, e c'ét de ceùz-la q'il donaent ao père Hordebourg.

Le bonome vayaet ben de la pllûme qi volaet, maez il ne pouit jamaez abatr un lapin ou ûne perderiz, tant q'il fut ovec cez garcs-la. Il se pllaezaet ben mieuz tout soul, a l'afut ez biqhes. Mai e le garc Zidore j'alime a l'enterrement ; il y avaet ûne niey de couzins e de couzines qi taent venus pour se ghimenter sus l'erit, pace qe le vieuz a deù laesser qheuqe magoce, ben manqe... Il y avaet memme un repas den ûne aoberje ao bourg, eyou qe, je te prie de le creire, en n'en parlit ghere du bonoume, e qeme tout ça etaet chaod de baire, la frembayeriy finit par dez chançons, qe c'en etaet ûne honte...

Faot qe je te marqe aossi qe la mère Beauciel e sez filhes ont voulu aler vair l'espozicion coloniale.

Lez v'la partiys prendr le treïn od lourz peniers; maez, pour n'avair pas a paeyer a Pariz, al avaent couzu dez aoneys de saossices e d'andoulhettes sous lour cotes a l'entourn d'yelles, q'el taent grosses qeme dez bariqes. Al ne paeyirent qe lour baite e lour chambr.

Je te prie de creire, qeme si t’en etaes d'en peine, q'el ne sont point resteys dez semaenes a Pariz e q'el furent ben vite revenues. Le garc Bauciel, li, s'ét faet faere ûne belle maezon en line de la route. Sour la pllace, il a voulu q'en enterre un jeune coq pour li porter chance, e il a faet venir le viqhaere pour laz bénir. Den sa chambr, il y a ûne menière de mécaniqe q'il a achetae a Chatèberiant, qi faet de la muziqe toute soule, ovec dez fiùs ao bout d’ûne perche sus le haot de son haot-jard.

Cant ça marche, ça ressembl ez caenes de la mère Bicereu cant el se mettant a coenqer de compaegniy. E peis aprés ça, ça sera aotr choze, il ne saet pas ce qe faere de son arjient. Il deit se marier aprés lez bateriys ovec la filhe ao père Trottereau. Ben manqe qe je serom de la noce, la Marie e mai, veù qe j'nouz conaessom denpeis teute notr viy, son père e mai j'aliom a l'école ensembl.

Je sei forcae de bourder, pour qe ma lettr parte demaen midi, qe le facteur laz prenra en passant, veù q’il vient puzieurs fais par semaene ao vilaije, q’il a teurjous qheuqe papier de récllâme pour lez engraes ou aotr choze qi nouz sont n-envayae, je me demandom par qhi, q'en treue noz aderces.

Je tâcherom de pas étr trop feniace pour t'écrire ûne aotr fais, e je finis en te souaetant ben le bonjourn a tai e a ta marraene.


Ton couzin pour la viy.

Jean CUDESOT


Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :