ACADEMIY DU GALO

Academy of Gallo



(back to index)

The Little Library

La Paije Tourney

"A qhi le naez le pus haot"
 by William THACKERAY



An unknown word?        Use the Dictionary services in the footer !



William THACKERAY


William THACKERAY

Od William Thackeray, je rencontrom l’Anglleterre du XIX° siecl ao temp de la reine Victoria. La revolucion dez uzines ét a venir e lez valours de la veilhe societae sont a s’aniqeler, od l’arjent q’ét maezei a mener le monde de pu en pus.

William Thackeray denaqhit en Inde en 1811 eyou qe son pere fezaet le fezandier den ûne grande consorteriy. Il taet core tout braelot cant sti-ci mourut, en li laessant un bon arit pâmeins. De la-dessus, le jeune William ervint en Anglleterre pour sez etudes. Etant jeune, il va faere un tour d’Urope. Ertournae en Anglleterre, il perd hardi de sous den dez maovaezes afaeres. En 1836, il se met journalouz e se marie od ûne Irlandaeze. Ol li done treiz efants avant qe de s’adnaesser e se faere rencllore den un azile diqa sa fin en 1894.

De ça, pour s’erconsoler saeben, Thackeray se met den l’écrivaije. Son permier roman ét bani en 1840. Od l’alivetey-la, il a la voge de pus en pus e memme come journalouz, il ét estimae de pus en pus etou.

Den sez ouvraijes, il a la sience de zuner le monde coment q’il s’entr tienent cant il sont od lez aotrs jens entourn de yeùz. Il s’avize de ça qe tout ét ren qe ventitae. Sez livrs lez pus coneùs sont « Barry Lyndon » e ben sur « Vanity Fair » qe j’erpernom ici.


V’la d’un roman qi ronaye tout entourn de l’idey-la : d’abuter force a tout pour pouair faere l’embouzon san sentiment aoqhun pour le monde entourn de sai. Ici, Miss Sharp vient qe de bercer travers la rabine le motier qi li z-a étae balhae pour son depart de la pension.


A QHI LE NAEZ LE PUS HAOT

De cant qe Miss Sharp e Miss Sedley sont pour coure lour bon bord.

Vanity Fair
 

Miss Sharp venaet just de faere de sa Miss Sharp come je n’n om oui mencion den le chapitr de devant, e q’avaet veù le motier a voler par sus le pavement du petit jardrin e s’égalher ez piets de la Miss Jemima toute échoêbiy, qe la goule de la jeune filhe, verdoêze od la heïnje, detirit un chaoris qi taet pas ghere grâcieuz, pas prés. Eprés ol s’encabernotit den le fond du maringot, décharjey de sa peine e a dire : « ez beloces, son motier ; e ben de maitiae, je sei dehoriy de Chiswick. »

Miss Sedley taet restey aossi couêre bétôt de ste homeriy qe Miss Jemima ; a ben regarder, ça fezaet pas core ûne minute q’ol avaet laessae l’école, e lez ressents de sis aneys sont pas core passaes en si petit de temp. Cez du monde qe n’y a, il sont de memme qe lez éfoùcheriys e grandes poùrs de junesse durent tenant e tenant. Je conaes, par empl, un vieuz monsieu de seissante-ouit ans, qi me dit un matin a déjuner, en verte-verte tant come il se groussaet, « je reybyis la darraene neitey qe je taes fllaeulae d’od le Dr Raine ». Ûne bigney qi l’ermenaet cinqante-cinq ans en arriere du sair-la. Pour li aloure, den son chuchot, a seissante-ouit ans, le Dr Raine e sa ouistine taent oussi époùrissant come cant q’il taet den sez treize ans. Si qe le Docteur od son grand fouet, araet li-z aparaettr den son chomant ao devant de li, même a son âje de seissante-ouit ans, e araet li dire od sa voêz terribl : « Mon garc, debassez voz hanes » ? Eh ben paraelh, Miss Sedley demeuraet contrement échohiy de vair s’erbourser de la sorte.

« Coment qe tu peus étr de memme, Rebecca ? q’ol dit pour finir, ao bout d’ûne berouey.

« Pourqhi, tu chonje-ti qe Miss Pinkerton va s’aracher e me comander d’ertourner den son maodit cachot ? qe Rebecca s’en vint a rire.

— Nouna, maez ...

— J’ae ûne heïnje sus toute la maezon, qe Rebecca recontinuyit en furiy. Je conte ben qe je vairae pus jamaez de yelle de retourn. Q’ol seraet don den le fond de la Tamize, maodit ! E si qe Miss Pinkerton taet deden, ét pas mai q’iraet laz erpeycher tourjous, garcier nouna ! Oh, je seraes-ti benaeze de laz vair aflloter den l’iao la-lein, od son turban e tout le reste, od toute sa berlubance a derubller aprés yelle, od son naez crochu de veilhe chouette.

— Clloz ta goule ! qe Miss Sedley s’éberyit.

— Pourqhi, le vâlet nair va aler deller sus mai ? qe Miss Rebecca s’ébafit a rire. Il peut ertourner dire a Miss Pinkerton qe j’ae ûne heïnje sus yelle tout qi n’n ét q’ûne heïnje ; e je seraes-ti benaeze q’il le feraet ; e je treuraes mon bon de n’en ouir mencion core. Depeis deuz ans, je n’n ae zeù qe dez falhis noms e dez avieuteriys de yelle. J’ae étae maganey peire qe n’importe qheu bone den la qheizine. J’ae pas jamaez zeù un mot d’amitae, ûne boudetteriy, sinon de tai. J’ae étae minze a garder lez petites filhes den la pus petite cllasse, e a caozer françaez ez damoêzelles, diqa qe j’en seije malade de mon langaije de toute-petite. Maez de caozer françaez a Miss Pinkerton, ça qi laz futaet core le pus fort, nouna ? Ol conaet pas un mot de françaez maez ol a le naez trop haot pour le dire. M’atend ben q’ét edla qi m’a donae gout ao françaez. Vive la France ! Vive l’Empereur ! Vive Bonaparte !

— Oh, Rebecca, Rebecca, qheu honte ! qe s’éberyit Miss Sedley ; ça q’étaet jurer-sacrer peire q’un diabe den un benitier ; e den lez temps-la, en Anglleterre, de dire « Longe viy a Bonaparte », ça qi taet come de dire « Longe viy a Gripi ! » ; coment qe t‘as l’oz, coment qe tu peus étr portey a sortir dez chonjeriys monvaezes de memme ?

— Ça q’ét ventiers monvaez, la revenjance, maez ol ét naturabl. «  qe Miss Rebecca, ol répondit. Je sei pas ûne boune anje. E, pour dire la vray veritae, ol taet pas netout.

Den le cours de ste devizey (qi se tenaet come la maringote roulaet a son long laizis long la riviere), faot ben se merqer qe Miss Rebecca s’etaet terouey deuz fais a bon : ûne permiere, ça taet pour s’étr écheviy de qheuq’ûne q’ol avaet ûne heïnje sus yelle, ûne deuzieme, pour mettr sez nemis den dez arias. Ûne raezon come l’aotr sont pas ghere porteys a ercevair dez grâces, pas come du monde d’amaen ou d’apaez seraent portae a n’n avair tourjous. Miss Rebecca taet don pas herme né d’amaen né d’apaez. Tertous l’avaent maganey, q’ol s’en venaet ste jeune heïnjouze de monde, e je pouom creire qe tous les siuns qi se font mener pas sus lez grosses motes de memme sont en merite d’étr menae de la sorte. Le monde ét un miroer qi rend a saqhun le refllet de sa goule a li. Rabatez voz catr mecqerdis a qheuq’un e il vouz regardera nair a son tourn ; pernez-le de bon amaen e v’arez en li un compaegnon boudet e jouace ; a vouzaotrs, junesses, de prendr le tourn qi vouz avient.





Dictionary Services
Precise (*) word to translate:

(*) if proper noun, insert a space before the entry in order to preserve the capitalization of the 1st character
   


If you need full Dictionary Services: