ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



(retour index)

La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La Paije Tourney

"La simfoniy ez pâtouresses" d'André GIDE



Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !



André GIDE


André GIDE

André Gide ét d’un jenre a part den l’écrivaije françaez. ‘ét un bourjoêz de la haote-penalhe pariziene aossi li. Il taent dez jugenots du côtae de son pere come de sa mere.
    Elevae od ûne bone cez du monde perdu den le grèche de la relijion, sez permieres aneys sont toute ûne enjivane. Il ét renvyae a ouit ans de son école a caoze q’il avaet le divoêz de … se brandoulher.
    A defunter en 1880, son pere le laesse décomportae. Par aprés, il suelhera dez leçons a part pour ratraper son retard. Peis il devient endibonae d’écrivaije.

Il se prend a ecrire li-memme. Eprés il menera hardi de vayaijes entourn la Mediterraney, ça sera le tourn pour li de faere de son dare.

D’ertourn en France, il se marie od sa couzine jermine en 1895 san pas jamaez avair de biao jeu od yelle. ‘ét ren qe vint ans aprés q’ol s’avizera de sus qhi q’il ét portae !

Den le temp-la, il comence a banir dez romans q’amontrent comben qe sa pllûme ét liante.
    N’y a deuz ideys qi sourdent de toute son ecririy.

Primio, se terouer mateur de boêz vert e se mettr a du cai qe j’apelaeraem aneit « la vayaijeriy du qelot ». Qheuq’uns de sez livrs sont pour li s’en débllâmer.

Deuzio, depeis qheuq’uns dez vayaijes-la, fllater sus la colonialeriy e l’abuzeriy sus le petit monde den l’Afriqe Naire. De ça, il va étr portae pour le comunism un temp avant de s’avizer qe la Russiy sour Staline, ‘ét pas ilae core q’ét l’oumanitey treura son bien. Aprés d’ella, il va s’engaijer contr la fachisteriy.

Tous sez livrs l’ameneront a ercevair le Priz Nobel en 1947.

Il mourt en 1951.


‘ét un morcèo de son livr q’ét lu le pus fort qe j’om tournae ici. La Simfoniy ez Pâtouresses, ça q’ét ûne parabole.

    Ûne jeune aveugl ét récoltey od un pasteur qi laz éleve e q’ét en amour de yelle pour finir. Maez son fieu ét de domai. Qhuzetae, sti-ci se met preytr den la relijion catoliqe. Par boune chance, ol peut yelle étr opérey e erterouer la veùre. De la-dessus, ol s’avize qe, den son chuchot, ça taet pas la chiaere ao pere q’ol vayaet, maez la siene a son fieu. Déconsoley, ol se perit.

    J’om ici sa darraene confessey. Gide veut nouz amontrer par ilae qe, den noz aliveteys, n’y a pas pechae tant qe je vayom pas le mao. ‘ét ren q’ao coup qe le mao ét en adorcion q’en s’ertreue od sez peines de concience.


LA SIMFONIY EZ PÂTOURESSES

Editions Folio 1993
 

– Me faot vouz avouer de cai, monsieu le Pasteur ; qer é sair, j’ae poùr de mourir, q’ol dit de memme. Je vouz ae menti a matin… Ça taet pas pour serrer dez boqhiaos… Vouz me pardonerez-ti si je vouz diz qe j’ae voulu me perir ?

Je chaeyis a deuz jenuelhs ao piet de son leit, en memme temp qe de garder sa maen aniqeley den la miene. Yelle, pâmeins, a se déhaler, se mint a cherdir mon front, pendiment qe je muçaes den lez linceùs ma chiaere pour endoubller ma baney e pour me qhuter deden a chenucher.

– Vouz terouez-ti q’ét grand pechae ? q’ol s’erprint aloure od si tant de chaerement. Peis, come je réponis pas herme :

– Mon amin, mon amin, vouz vayez ben qe je prend trop grand den votr qheur e votr viy. Cant qe je sei ervenue devers vouz, j’ae ben veù ella dés taloure ; ou ben qe la pllace qe je pernaes taet yelle d’ûne aotr tourjous qi n’en taet ben marriy. Mon crime, c’ét de pas l’avair senti pus vite ; ou ben – je le savaes deja ben tourjous- de vouz avair trop laessae portae pour mai paraelh. Maez ao coup qe j’ae veù sa fighure, dés cant j’ae veù sus sa pâovr fighure q’ol taet si tant amaoniy, j’ae pas peù durer od l’idey qe la tristae-ilae, ça taet mai la caoze… Nouna, nouna, v’ez pas herme a jeter le tort sus vouz-memme ; maez laessez-mai a partir e rendez-li sa joey.

Sa maen decessit de me cherdir sus le front ; je laz hapis e laz gapit od mez bijeys e mez baneys. Peis, ol se hobit a laz dehaler e un nouviao tabut partit a laz prendr.

– ‘ét pas de cai qe je voulaes dire ; nouna, ét pas ella qe je veuz dire, q’ol erpaissit ; e je vayaes bé la siour a degouter sus son front. Peis, ol baessit sez chapes e demeurit un petit de temp od sez uelhs clloz, come pour se sonjer ben sonjer, ou bé s’erterouer den son temp d’aveugl ; e de sa voêz choupaode e qi treïnalhaet, maez qi partit pus haot come ol taet a rovrir sez uelhs, peis qi montit diqa den le pus haot de son cllocher :

‐ Ao coup qe vouz m’ez erdounae la veùre, mez uelhs se sont overts sus un monde hardi pus biao qe j’avaes reybllae q’il pouaet étr ; ver dame, je pouaes pas me mettr qe le journ taet si cller, l’aer si tant rayant, le cieu si grand. Maez je me mettaes pas netout qe le front dez oumes taet si ossu ; e cant j’ae rentrae cez vouz, vouz savez-ti qhi qe j’ae veù permier… Ah, faot pâmeins qe je vouz dije : le cai qe j’ae veù permier, ét notr faote, notr pechae. Nouna, vouz marrissez pas. Souven’ouz de qhi qe le Crist, il a dit : « Si qe v’éte aveugl, vouz arez point de pechae ». Maez, astoure-ci, je vais bé… Erchom ‘ouz, pasteur. Siet’ouz ilae côte mai. Acoutez-mai san me coùper. Den mon temp de clliniqe, j’ae lu, ou putôt, je me sei faet leire, dez passeys de la Bibl qe je conaessaes pas core, qe vouz m’aviez pas lu jamaez. Je m’ermets d’un verset de Saent-Paol, qe je me sei erpaissae toute ûne journey de temp : « Pour mai, d’aotr fais, a étr san loê, je veqhissaes ; maez cant la loê s’en vint, le pechae erjetonit, e je mourus mai »

Ol s’emportaet qe diabe a devizer de memme, a caozer net haot e presqement a hucher lez darraens mots-ilae, de sorte e de maniere qe je fus jeïnae a sonjer q’ol pouaet étr ouize de dehors ; peis ol ercllozit sez uelhs e mourmonit a erpaisser lez darraens mots-ilae, come si qe ça taet ren qe pour yelle :

‐ « le pechae erjetonit - e je mourus mai »

Je hericis od ûne maniere d’effri a mettr mon qheur a gerouer. Je voulaes laz mettr a sonjer alhours.

– Qhi qi t’as lu lez versets-ilae ? qe je demandis.

– ‘ét Jaqe, q’ol dit a rovrir sez uelhs en lez gardant sus mai toute force. Vouz tiez a savair q’il s’ét converti ?

Ça taet de trop ; je taes pour oueller a li demander de se taere, maez ol taet deja a ercontinuer :

– Mon amin, je vaez vouz faere de la peine hardiment ; maez faot pas d’ohi aoqhun a demeurer entr nouz. Ao coup qe j’ae veù Jaqe, j’ae comprinz d’un saot qe ça taet pas de vouz qe j’etaes en diot ; ça taet de li. De goule, ça taet vouz tout pacrae ; je veus dire, de goule come je sonjaes qe vouz tiez… Ah ! pourqhi m’avair decidae a le qhuzeter ? J’araem peù nouz marier assembl ...





Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :