ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



(retour index)

La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La Paije Tourney

"Don Qhichote" de Miguel de CERVANTÈS



Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !



Miguel de CERVANTÈS


Miguel de CERVANTÈS
(portrait attribué)

Miguel de Cervantes denaqhit en 1547, le journ de la Saent-Micheu probabl. Son pere fezaet le surjien, maez avaet peine a joendr lez bouts. ‘ét pas aezae savair sus qheus études qe son fieu poussit. Tourjous ét-il qe sti-ci aemaet li mieuz coure son bon bord. ‘ét de memme q’il s’erterouit en Italiy a faere le soldard en 1569. Il va memme faere pour un temp le vâlet d’un cardinal, maez sa nature le poussaet pus fort a coure par lez routes d’Italiy.

Ao jeu-la, Cervantes print part den la batalhe de Lépante en 1571. ‘ét ilae q’il perdit l’uzement de sa maen gaoche, de cai qi le fit signorizae « manchot de Lépante ». Par aprés, il fera core le soldard treiz ans de temp paraelh. En 1575, a s’en ertourner en Espaegne, son batèo ét ataqae od lez Turqs e le v’la prinzounier a Aljer. Par catr fais, il va ghetter a se saover de yeùz, maez a peine de ren. ‘ét ren q’ao bout de cinq ans q’il va ervair l’Espaegne.

‘ét a temp-la q’il li poussit ûne dent de se mettr a ecrire. Il va se marier etou en 1584. Ao bout d’un coupl d’aneys, il va erpartir a coure trac l’Andalouziy e se separtir d’od son époùzey san qe ça seije cller pour qheu raezon.

Le roê va l’enroler pour apreyter l’ataqe contr l’Anglleterre od l’Invincible Armada. Sembl q’il a pas marchae son chemin dreit pâmeins e q’il passera core qheuqes temps encastehouanae. Sus ça, il va entamer son maettr-ouvraije Don Quijote. La permiere maitiae fut baniy en 1604. Dés taloure, ol ut la voge. Depeis la, Cervantès sera sour la proteije de la nobllesse d’Espaegne. Il va continuer a écrir, du tiâtr come de la poieteriy. La deuzieme maitiae de Don Quijote ét baniy en 1615 avant qe son écrivouz mourje l’aney d’aprés sus la diabète probabl. D’aprés qe sez restes araent étae erterouaes en 2015.

Od le roman-la, Cervantes a orinae le roman moderne, en mettant sez personaijes a caozer en lieu qe de raconter en dehors de yeùz. Il met le leizouz a inventer selon lez sonjances du prime personaije e il manqe pas de faere porter a rire sus de cai qi taet veù come serieuz diqa la.


En pus dez 140 langaijes qi l’ont terlatae, vaici don en galo, dehalae du roman-la, la saprae abrivey de Don Qhichote contr lez moulins a vent.


DON QHICHOTE

par Honoré DAUMIER
(vers 1868)

Den lez moments-la, il se terouirent od dez moulins a vent qe n’y avaet den lez grands pllaces, den lez trente a carante de yeùz, e ao coup qe Don Qhichote vit de yeùz, il s’en vint a son eqhuyer : « Je som enchançae core mieuz qe si je taem enjeïnae de l’étr. Regard don, Sancho mon amin ; vaici ao devant de nouz trente jeiants escarabls tourjous, qe je chonje d’enterprendr e d’envyer sus lez berchets tertous de yeùz tant qe je sei. Od lourz piaos, je comencerom a nouz enrichir ; c’ét prinz de bone gherre saeben e ça q’ét servir le bon Dieu de grand qe de dézempeuler l’adent de la Terre d’ûne si falhiy orine.

– Qheus jeiants ? qe Sancho li demandit.

– Lez siuns qe tu vais la-lein don, qe son maettr li réponit, od lourz grands bracs. Y en a qi n’n ont de deuz lieues de long bétôt.

–Don’ouz ben garde, qe Sancho s’en vint ; le cai qe je som a vair la-lein, ét pas dez jeiants, ét dez moulins a vent, e ce qi faet come lourz bracs, ét lourz aeles, qe le vent met a tourner pour mettr a tourner la meule dez moulins a lour tourn.

–Nen vait ben qe t’es pas core a la coule den dez érusseys de memme : ét dez jeiants, qe je te diz mai ; si qe tu trembl den tez hanes, cartaye-tai de dela, e va t’en patenoter le temp qe je serae a m’entr batr od yeùz den ûne batalhe émayante e mal egale.

A caozer de memme, il piqhit Rossinante, son chevao, san faere cas herme ez aviz a son eqhuyer Sancho, qi li huchaet qe, ben manqe, ça taet a dez moulins a vent e pas herme dez jeiants q’il alaet s’ataqer. Maez li, il s’etaet si ben enteytae qe c’étaet dez jeiants, qe ça taet pas asset pour li qe de pas ouir Sancho son eqhuyer a hucher, maez q’il taet memme pas pour s’erconaettr de la vray veritae a apercher raz contr. A la contraere, en memme temp come de coure, il huchaet tant qe pus :

« Saov’ouz pas, bande de falhis foerouz, ét un chevalier tout soul qi vient sus vouz. »

Le vent a se lever aloure manierement, lez aeles se prinrent a partir od le rout ; a vair de ça, Don Qhichote s’éberyit :

« Cant memme qe vouz bateriez pus fort dez bracs qe Gargantua, v’alez me le paeyer. »

A caozer de memme, il s’ercomande du pus fond de son qheur a sa dame, sa Bedette, en laz periant de venir le secoure den un perilh de memme ; e peis, ben qhutae par darriere son eqhu, e sa lance toute branqhiy, il s’abrive, od sa Rossinante a coure lez catr pates a la fais, contr le permier moulin a se terouer ao devant de li ; maez ao coup q’il pertuze l’aele d’un grand coup de sa lance, le vent laz ahourse od si tellement de furiy q’il éberzilhe la lance, e q’ol remmene aprés yelle le chevao e son chevalier, qi s’en alit s’émaoner a roler den la pllace.

Sancho Pansa courut a venir le secoure od son bardot a troter tout ce q’il pouaet, e terouit, rendu aoprés de li, q’il pouaet pus boùjer, tellement come le coup e la dépochey avaent étae toçaes.

« Mizericorde ! qe Sancho s’en vint, j’avaes-ti pas ben dit a Votr Grâce de s’engarder den ce q’ol taet a faere, qe ça taet pas ren d’aotr qe dez moulins a vent, e qe falhaet, pour se confondr, n’n avair d’aotrs den le chuchot ?

– Chome ! Chome ! Sancho, mon amin, qe don Qhichote li réponit : le cai de la gherre, ça q’ét sujit a ben du détourbier ; e pus fort core qe je chonje, e ça deit étr la vray veritae, qe ste saprae Freston, qi m’a robae lez livrs e le segrétaere, a emmorfozae lez jeiants-ilae en moulins pour me detolir la gloêre de lez veloper : il ét si tellement heïnjard contr mai ! Maez fin de conte, sa faeynacion, ol gaegnera pas contr la bontae de mon épey. »

– Qe le bon Dieu le veuje de ce q’il peut, » qe Sancho réponit. E il donit la maen a son maettr a s’erchevaler sus sa Rossinante, qi taet od lez épaones maitiae déboucteys.





Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :