ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



(retour index)

La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney

"Lez Déconeùs" de Victor SEGALEN

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !



Victor SEGALEN


Victor SEGALEN
(portrait 1904)

Vaici un Berton q’a seù mener hardi d’ouvraije san mener de brut pus fort qe ça. Denaqhi a Brest en 1878 den ûne familhe de moyennaes, sez études q’il va finir a Bordeaux font de li un medecin den la Marine. En 1899, a la sieute d’un amour manqae, il chaet den la dépllaezance. Dede la, il va se haeter ez maos sus la ternobiance. ‘ét l’aney-la etou q’il écrit son permier livr, A-dreuz an Arvor, en chinot malgrae son titr en berton. De tous sez ouvraijes, n’y ara ren qe sti-la sus la Bertaegne. Sez études abouteys, ûne pllace ét pour li en Polynéziy. Ez Marqhizes, du benecai de Gauguin, defuntae treiz mais de pus vite, ét restae aprés li e il l’ajhete den ûne vente a l’encan. Ervenu ao payz, il se marie en 1905 a Brest od ûne payze. Il aront treiz efants.

En 1908, ét la Chine qi le mene. Il aprend le chinoêz e l’aney d’aprés, le v’la parti pour un coupl d’aneys la-lein. Il ervient en julhet 1913 pour erpartir treiz mais aprés od le Tersiberien, etudier lez anqhiqitaes du payz.

En 1914, a caoze de la gherre, il ervient pour sogner sus le front. Pâmeins, prinz de mao, il va decesser ella e il sera envyae de retourn en Chine l’aney d’aprés pour ramener dez ouveriers chinoêz. Ervenu en 1918, il ét en pllace a l’ospitao de Brest, maez encanchae d’ouvraije, il chaet den la dépllaezance de retourn. Son amoêrs de fûmer de l’opiome ét pas pour l’aranjer. Aprés ûne passey de deuz mais a s’ercaopir en Aljeriy, il ervient a Huelgoat. Le 21 du mais des moês de 1919, parti en foreyt a se pourmener, il sera erterouae peri ren qe deuz journs aprés, od un livr, Hamlet, entr sez maens. Sembl q’il araet minz le piet sus du cai de coùpant e q’il araet dessaegnae aprés caonir, maez lez raezons de son defuntement restent a deviner e qheuq’uns sonjent q’il s’ét dézistae.

Un remembrant ét derçae pour li a Huelgoat, eyou q’il ét enterrae.

Sez écrits amontrent coment q’il taet portae pour lez qhultures de Chine e de Polynéziy. Il lez defend en amontrant lour perissement ao devant de la colonizâcion. Pâmeins, il a pas étae portae pour le petit monde pus fort qe ça e caoze caziment pas de la qhulture bertone qi taet sus l’en-peire deja a temp-la.


Den la passey-ici dez Déconeùs (les Immémoriaux), Térii, le prime personaije, ervient a Tahiti 20 ans aprés q’il a parti e se déconaet tout net od lez nouvelles manieres qe sez vieuz payz ont prinz.


LEZ DÉCONEÙS

Edition de 1921
gravure sur bois (de Monfreid)

Le batèo laessit son fer livard a chair den l’iao calme ; se mint de bout, sa boce a raidir, se devirit e restit en pllace de memme. Rasserraes sus le pont, a s’entr serrer den lez graeyaijes e fort en monde diqa den le bout du mât qi corgne par en dessus du pecot, lez hors-venus demeuraent a terouer biao la rade ao redan du soulai, plleine de taezeriy e de petites bufeys de sentabon. Pour tous lez chaens de bat-ilae courouz de maer, peychouz de nacr ou chaçouz de balaenes, lez iles de Tahiti ont den yeùz dez haetances de haets si tellement haetants e dez aqenicheriys si tellement a part, qe ren q’a dire lour nom, lez voêz trembllotent a s’adoùcir, en memme temp come lez uelhs en berzilhent de pllaezis. Le monde-la n’en banent a se naler, il dizent q’il vont ervenir e le pus fort du temp, nen ne lez ervait pas. – Térii fezaet pus cas d’émayances de memme, qi manqaent pas cez lez oumes verdoêz de piao. Il lez avaet acostae si tellement, lez vint aneys de temp-ilae q’il taet a coure son bon bord ! – diqa preycher un bon coupl de lourz parlements lez pus caozaes… E fin de conte, il contaet lourz âmes come falhiys, berdilhettes e a raviz, paraelh come lez petites bufeys entr lez deuz, qi jouaent, le matin-la, sus la bôle de Papéété.

Il ergardaet de li-memme du rivaije od un aer familier, a se rapeler, od de la joêy sus lez lipes, lez noms dez couleys, dez ilets sus le rochet, dez creyts e dez courants d’iaos. Peis, a ramener sez uelhs aoprés de li, il se terouit drôle qe pas de piraoge aoqhûne ne s’acoursaent, charjeys de feulhaijes, de praezents e de fumelles, pour la bonarive ez arivants. La rade e la rive paraessaent pâmeins porter du monde en nombr come d’aotr fais aossi ben : gerpilh de pahi 1 de pllein de maer dormaent sus la graeve, e dez faré 2 bllancs, d’ûne drôle d’aparaessance, amontraent q’il taent dez bordelliers hardi sus la côte. – pas aoqhun qi s’arachaent, passae deuz garçalhes qi passaent ao bord de l’iao, e ûne fâme d’un jenre a part q’en pouaet creire q’ol taet poulhey od dez hardes de hors-venus. A mécreire ce q’il vayaet, Térii se mouvit a aterrer.

Pas aoqhun core pour l’ercevair. Depeis chaqe faré bllanc, nen ouayaet un mourmoneriy assotissante qi ervenaet ventiers a ûne darrielle de haéré-po 3, a ûne defilonjey de noms d’anciens. Le vyaijouz rentrit a la chance… – Dame yan, c’etaet ben sez fétii 4 de la terre Paré de d’aotr fais ! Maez lez bracs li en chaeyirent a vair coment q’il taent adrimanchaes. – Ha ! qhi q’il taent don a bouiner, sietaes de memme, reqheulhis, taezouz, passae yun – e Térii zunit de li ûne bone berouey de temp – passae yun qi preychaet en pernant sez gouleys sus dez sines caozants peinturaes sus ûne taile bllanche… L’arivant s’erprint de joêy, qi ahoupit malgrae li :

« Aroha ! Aroha nui a vouzaotr tertous ! » E a s’apercher du vieuz compaegnon Roométua té Mataüté, – q’il erconaessaet tantôt de ghet – il voulut, en grande amitae, li bouchoner son naez contr le siun.

L’aotr se marrit, la goule freide. Le monde riochaent entourn de yeùz. Roométua, a se chomer, print Térii den sez bracs e li poqit sez lipes sus sa jot. Il dit de memme a suedr come a s’engarder :

« Qe tu veqhisse en notr seignour Iézu-Kérito. E coment qe ça va-ti od tai ? »

En son a-part, Térii le tertit de grand bedas a voulair erberchigner dez féçons de hors-venus. Maez den l’assemblley, il erprinrent tertous :

« Qe tu veqhisse en notr seignour Iézu-Kérito, le vrai bon Dieu.
Auê 5  ! »  qe Térii degrignit, échohi d’od ûne souaeteriy de memme. Il li firent de la pllace. Il se sietit a acouter le preychouz.

« Lez fieus a Iakoba taent douze de yeùz :

«  De Lia, la fâme, Réubéna, le permier-nae, e Siménoa, e Lévi, e Izakara, Yozéfa e Bényamina… »

«  ‘ét ben ûne defiliâcion d’agheùs, ella, qe l’arivant il chonjit. Maez lez noms li taent déconeùs. E peis, le siun qi caozaet, il taet pas herme haèrè-po, e il pyâchaet dez châtaegnes. Térii ne durit pus :

«  Qhi qe y a de neu sus la terre Paré ? Clloz ta goule », q’en li réponit, « je periom le seignour ». La randoney n’en finissaet pas de finir. Pour en venir, le falhi preychouz, a erpleyer sez feulhes bllanches, sortit, la voêz sus le debas, un mot déconeù : « Amené » e il bourdit de memme.

Déceù d’avair étae erceù qe de memme, Térii restaet en je-ne-sae a se pourpenser. Qheu caoze q’il avaet pas étae bonjourae od ste ahouperiys essaourantes qi fezaent la bonarive pour lez grands retourns den le faré d’un ami ? Sia, ben sur, il avaent pas perdu la memoêre : il li portaent tenant teyte pour sa faote de d’aotr fais, sus la roche-du-recitant… ou ventiers core, de lez délober en ervenant par malarive, den le corp d’un oume démorfozae ! – Il interbolit : Tinomoé, le portouz dez idoles, e Hurupa tané, qi creuzaet dez piroges si belles. De la sorte il amontreraet comben qe son souvenir ét fort malgrae toute la passey q’il taet parti. Pas aoqhun qi firent cas. Sembl q’il taent sourds come dez tii 6 od dez oraelhes en boêz, ou tout ébudoraes. E Roométua voulut ben li espliqer :

« Mon nom a mai, ‘ét pus Roométua, ‘ét Samuéla qe c’ét maezei. E vaici Iakoba tané ; e l’aotr, c’ét Yoané… E tai, t‘as-ti pas chanjae ton nom aossi tai ? »

Térii taet ben d’assent de chanjer son nom en memme temp come de payz ; ou d’ûne couley a l’aotr core. Aprés démarrer, il avaet li-memme, d’ûne ile sus l’aotr, réponu a pus de douze noms pas paraelh. Lez mots q’il ouayaet ne li sembllaent pas yeuz dez aotr fais pâmeins, survenus biao domaije.


1 - vailier de Tahiti
2 - ôtae a Tahiti
3 - maniere de garouaod dez Tahiciens
4 - son monde, sez familiers
5 - ouah don !
6 - estatues




Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :