ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



(retour index)

La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney

"Le chat nair" d'Edgar POE

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !



Edgar POE


Edgar POE
(vers 1848)

N’en vaici yun qi rest come yun dez pus grands noms de l’écrivaije ameriqhaen du XIX° siecl. Nae natif de Baltimore en 1809, il ét sorti de monde de petit rang, malgrae qe son grand-pere avaet étae jenerao le temp de la Gherre de Dénâcheriy. Orfenin de pere e de mere dés a deuz ans, il sera recoltae od dez bourjoêz a Richmond. Cant il vont venir en Anglleterre, le jeune Allan ira a l’école a Londr, eyou q’il fera un bon poussouz. D’ertourn en Ameriqe, Edgar ét portae devers la poieteriy, maez il ét malcomode. Broulhae od sa familhe, il va moucher. Il comence a banir sez poieteriys, s’enrole den l’armey, maez treue son temp long. Il va memme se rendr a l’academiy mirlitaere de West Point maez pour s’en faere renvyer l’aney d’aprés.

De la-dessus, le v’la a faere le ghimentier, de cai qi li done le tourn de se mettr den l’ecrivaije pus fort etou. E peis, il se marie od sa couzine jermine de 13 ans. Je som en 1835 e li faora esperer 1841 avant q’il treuje un journao qi le paeye de raezon. Lez aneys a suedr, le v’la vrai erconeù come un grand ecrivouz, od sez nouvelles en sur qe tout. Maez le falhi prend le dessus sus li e il chaet den la mizere d’ertourn. Lez darraenes aneys, il se met den la boêçon. Edgar Poe defuntit le 10 d’otobr 1849 den de droles de detourns e pas aoqhun qi saraent dire de façon qhele anonce q’il a zeù.

Net espritae, maez malcomode dez fais od le monde, ambicionouz, il taet d’ûne grande force den son ecriture pour depingller la hiroussetae od dez sentences tourneys ben d’amaen. Nouvellier de permiere, il ét veù etou come le va-devant a ecrire dez romans policiers.


Sa nouvelle ici, le Chat Nair, fut baniy en 1843. Il ét mencion de la fllaeuleriy qe la boêçon amene cez le beuvouz. ‘ét yûne dez nouvelles lez pus hirousses de Poe. Qheuq’uns ont veù l’écrivey-la come la dépinglley de son gout pour la boêçon, maez d’aprés etou q’il pouaet étr dez mais de temps san beuvocher.


LE CHAT NAIR

.

A carqhuler de memme, je rencontris mon afaere. A m’eïder d’ûne chante-perce, je dégramatizis lez briqes a mon amaen, e aprés avair étae en soen a apllacer le corp contrement le mur de deden, je l’apotilhonis de memme san ghere de peine en memme temp come je remontis la maçone come ol taet d’orine. Je me graeyis de ciment, de sabl e de crin, e vrai qhurieuz den mon ouvraije, j’apreytis un boùzilhaije qi pouaet pas étr erconeù de li d’avant, e c’ét de memme qe, ben adeis, je ranjis a bout de ma nijoteriy. Ûne fais aboutae, tout taet ben nifl e je m’en terouis benaeze. Le mur avaet pas meinderment mine d’avair etae ermaçonae. Je fus ben en soen a aproprir la pllace. Je levis du naez a ergarder entourn de mai e, oure d’aeze, je me chonjis de memme : « Ao bout du faet, j’ae faet grandement aqhit ici tourjous ».

Pour aprés, j’avaes de me mettr en peine aprés la beyte q’avaet etae caoze de ste faeynacion. Caoze qe j’avaes ben minz den mon idey de laz qerver. Qer si qe je me seraes terouey od yelle just astoure, ç’araet faet ni yûne ni deuz pour sa piao ; maez il se fezaet qe la maodit beyte s’etaet ben engardey de l’emportement qi m’avaet prinz le coup d’avant, e s’etaet passey d’aracher son naez, macaegne come j’etaes rendu du coup-ci. Vouz pouez pas vouz mettr si qe je taes-ti ben déjeïnae, ben benaeze de pus me terouer od la saprae maodit orine qe je heïnjaes si tellement. Je n’n us pas mencion de yelle de la neitey ; e don pour ûne neitey tourjous, dedepeis q’ol s’etaet mucey den l’ôtae, je dormis come un paisson ; ver dame, od memme le poêz de la meurtreriy sus ma concience. Le deuzieme e le treizieme journ passirent, e mon bourèo s’amenaet tenant pas. Pour un coup core, je respiris come yun q’ét achape. Le serpidas, net en poùr, s’etaet ensaovae dez leus pour tenant ! Je le vairaes pus jamaez ! j’en taes-ti ureuz come un coq sus le tas ! Le remord de concience de mon coup faeynant, je l’avaes qi m’enqhinaet manierement, maez si petit. Qheuqes enghimenteriys avaent étae meneys maez ç’avaet étae vite jouae. Il avaent memme décllenchae ûne encerche maez come de just, n’y avaet ren a déqhuter. J’enteytaes d’étr oure d’aeze lez temps a venir.

Ao bout du caterieme journ aprés l’assazin, un trop de police se débotit tantôt de ghet, den l’ôtae, e il se minrent de retourn a ghetter-ghettant ghette qi ne ghette le coup-ci. Sur a tout coup de l’interouabetae de mon qhutaije, je me sentis pas herme en tout jeïnae de yeùz. Lez oficiers me demandirent de venir od yeùz a lez suedr den lour fourbicheriy. Il laessirent pas la pus falhiy corniere, le pus falhi carnijot de côtae. Pour en venir, pour la treizieme ou caterieme fais, il devalirent den la cave. Je ne trembllis pas d’un empire. Mon qheur durit tranqhile paraelh come li du siun q’a ren a se delecher. Je jambayaes la cave d’un bout a l’aotr. J’ercroêzis mez bracs sus ma paitrine e muzit de dripe e de drape. La police taet toute fin benaeze e preyte a se naler. Ma joêy den mon qheur taet trop forte pour étr contertinze. M’araet falhu un pavae sus la lange pour m’empozer de dire ça taet-ti q’un mot, de sorte e de maniere a trionfller, pour ben lez acertaener den lour acertaenance qe je taes faotif de ren.

« Brave monde, qe je m’en vinz pour finir, come le trop remontaet lez degraes, je m’aloze de vair qe vouz pourez pus me dejaner. Je vouz souaete un bon portement e de la courtoêziy un petit pus fort. A yun dez journs par ilae, brave monde, eci ét ûne ôtae q’a étae montey sapraement ben de sorte » (j’avaes si tellement sai de faere a vair qe je taes pas herme en peine a lour caozer, toute peine si je savaes qhi qe je taes a dégoêzer), – je devraes dire ûne ôtae bâtiy de la melhoure bâtisseriy. Lez murs-ilae – vouz v’n alez saeben, brave monde ? – ben, y a pas pus raide solide qe lez murs-ilae a s’entr tenir ; e ici, a voulair toute force faere de mon ustuberlu, je toqis de force od ûne caene qe je tenaes den ma maen, just sus la murey de briqes qe le corp de l’époùzey de mon qheur se tenaet par darriere.

Maez, qe le bon Dieu me proteije e me mejje ao garant dez croches du Gripi par sus lez aotrs Gripis ! Mez coups avaent toute peine decessae de tersoner q’ûne voêz me réponit de deden la tombe ! – od un brae échoêbi e hachae, come la chenuchey d’un qeniaod e peis a ercreytr vitement den ûne longe e escarabl huchey huchante qi ne decessaet pus, si tellement effriy qe y avaet pas yûne come yelle – ûne loùdey – ûne ahisseriy ahissante, aotant d’hiroussetae come de trionfl, come si q’ol taet a sourder de l’enfern, aossi ben dez dânaes den lour agoniy come dez demons a fringller den lour dânaezon.

Du cai qe je me minz a chonjer, c’ét foleriy de n’en caozer. A caonir, je terfaochis diq’ao mur d’en face. Le temp d’ûne berouey, le trop a haot dez degraes demeurit croulhae, saezi diq’ao fin bout de l’épouante e de l’afr. Un petit aprés, ûne douzaene de bracs fûrieuz taent a paisser deden contr le mur. Il chaeyit tout d’ûne piece. Le corp, deja gâpi de malandrs od son sang bettelae, se tenaet de chomant devant lez ergardants. En dessus de sa teyte, od le rouje de sa goule overte a son grand e son uelh tout soul tout afouae, la vilaene-laede beyte q’avaet jouae de ruze pour m’orienter den la meurtreriy, e qe la voêz fllâtrouze m’avaet vendu ao bourèo, taet sietey ilae. J’avaes enmurae le serpidas deden la tombe.





Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :