ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



(retour index)

La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney

"A s'empeineller de son sourai uzae" de Marcel PROUST

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !



Marcel PROUST


Marcel PROUST
(vers 1895)

Proust ét veù come yun dez pus grands ecrivouz de l’écrivaije françaez, cante memme q’il a pas jamaez ren coneù d’aotr qe l’adlaizeriy.

Il denaqhit en 1871 den ûne familhe de la haote-penalh e il a pas jamaez zeù la peine de gaegner sa biatr. Son pere fezaet cllassier sus la medecine a Pariz. Entourn li, sa vivriy a pas jamaez étae q’od du monde haot-chupae, den dez chambrs de grands bourjoêz.

De ça, si q’il conaet pas la peine du petit monde a bruler dez grettes pour chaofer le fourn, il a zeù sa part de penelle paraelh. L’arjent ét pas tout e le portement, il s’ajete pas. Qer, Marcel Proust taet asme e ét tenant restae soufr-de-viy. Den son temp de garçalhe, il avaet dez beroueys q’il manqaet d’en perir.

A rester den le grand monde don, Marcel Proust se terouaet ben adlaizir a ecrire. Sez permieres baniys pâmeins ont pas zeù la voge, d’en-piece, de cai qi l’a memme minz den le cas de s’entr batr ao pistolet od yun de sez délozouz !

Lez aneys a suedr, il va vayaijer joliment e c’ét ghere q’en 1907 q’il va crocher den l’ecririy de « A s’empeineller de son sourai uzae » (À la recherche du temps perdu). De ça, il se rencllot den sa chambr d’un grand edifice de l’avenue Haussmamm a Pariz, a dormir le journ e a ecrire la neit.
    Le permier livr, « Par devers cez Swann », ét deniae od Gallimard a caoze de Gide qi terouaet Proust joliment coqeriaod a ecrire dez sentences qi tenaent dez fais de la berlaoderiy. L’aney d’aprés, il ét bani cez Grasset e Proust paeye du monde pour l’alozer ! ‘ét de dela q’il va comencer a avair la voge.

Lez darraenes aneys, il s’uze a ecrire san déramper lez cinq livrs a suedr. De ça, uzae-venjae, il mourt le 18 de novembr 1922. Il rest come de yeuz q’ont dépingllae le mieuz l’âme du monde, od sez febllesses, e peis le temp qi s’ensaove e la memoêre de l’atilhoneriy.


Den la passey tourney ici, Proust ét a s’éqhiyer de qhi qe le morcèo de madeleine q’il vient de goutir peut ben l’ermettr.


A S’EMPEINELLER DE SON SOURAI UZAE

Gallimard, édition de 1999

E j’erpaisse a me demander qhi de déconeu qi taet a me mener de memme, q’avaet ren de raezon, ren qe le benaeze de son adorcion, sa vray veritae ao devant de qhi y n’n avaet pus dez aotrs. Je veus tâcher moyen de le mettr a sourder d’ertourn. A sonjer, j’erviens a cant j’ae prinz ma permiere qhulierey de teh. Je m’ertreue benaeze d’ertourn, san ren d’adnouviao. Je demande a mon chuchot d’ercrocher deden, de rassaqer core un coup le senti qi s’ensaove. E pour pas le détourber de se malaezer a le rehaper, je me déheùde de toute déhorvayeriy, tout défutement, je bouche mez oraelhes pour pas étr dézassordi od le terbut den la chambr a côtae. Maez a sentir mon esprit a se lasser san ranjer a bout, je le force a la contraere a se défuter, a sonjer den d’aotr cai, a s’ercaopir avant qe d’assaeyer a toute bone fin. Peis, ûne deuzieme fais, je le déprend de tout ce q’ét den sa vay, j’ermets ao devant de li le gout qe j’ae core en engraen de ma permiere gouley e je sens grousser den mai de cai qi s’éboùje, vouraet s’enhaocer, de cai q’en araet dézencreyae de net fond : je sae pas qhi q’ét, maez ella ermonte gernuche a gernalhe ; j’aprouve le tirant e je ouais le gerzilh a amonter tout de la-lein.

Ben sur, de cai qi revoùje den le fond de mon ventr, ça deit étr l’imaije, la souvenance qe j’ae de sa veùre qi, raportey ao gout-ilae, assaeye de le suedr diq’a mai. Maez ol ét trop lein a s’ébatr, trop bernachouze ; toute peine si je vais la terfllettey eyou qe lez coulours baceys den le tourneouae s’entr meylent ; maez je peuz pas m’erconaettr de la forme, li demander, come si q’ol taet toute soule a pouair caozer, de me dire pour son consort, son compaegnon insepartissabl, le gout, e de m’aprendr den qheus detourns, en qheu moment de d’aotr fais qe ça taet.

Ol vienra-ti diqa sus le haot de ma concience, la souvenance-ilae, ste berouey de d’aotr fais qe l’embagoleriy d’ûne berouey de memme sorte ét venue de si tant lein demander aprés yelle, l’émocioner, laz revoùjer dreit den le fond de mon entervis ? Je sae pas. Astoure, je sens pus ren, ol ét bourdey, ertourney den le fond ventiers ben ; qhi qi saet si q’ol ermontera du fin fond-la de sa neit. A dis fais, me faot erpaisser, m’acanter devers yelle. E a chaqe fais, la lâchetae qi nouz engarde de crocher deden, nouz démarre de toute ouvraije conseqente, m’a consaelhae de laesser edla, de baire mon teh ren q’en sonjant den mon tabut du journ d’aneit, mon sujit de demaen qi se laessant amarrer san peine.

E tout d’un saot, la souvenance qi sourd devant mai. L’engraen-ilae, ça taet le siun ao petit morcèo de madeleine qe le dimaene matin a Combray (caoze qe le journ-la, je ne dehoraes pas avant l’oure de la messe), cant j’alaes laz bonjourer den sa chambr, ma tante Loniy me perzentaet aprés la trempinette faete de li den sa detrempaije de teh ou de tilheul. A vair la petite madeleine avaet pas ren ravenae avant d’avair goutae de yelle ; ventiers a caoze qe, a n’n avair veù ûne bande de fais dedepeis, san n’n avair manjae, sus lez tabllettes dez gâteliers, lour imaije se taet s’ensaovey dez journs-ilae de Combray pour se lier a d’aotrs meins d’ouanhan ; ventiers a caoze qe, dez souvenances-la décroulheys depeis ben du temp de mon memoêre, n’y avaet pus ren qi restaet de yeùz, il taent dégramatizeys tertoutes ; lez formes – e yelle du falhi pigorgnet de gâtelleriy etou, si licoêz de façon sour son grijae rustiqe e devocieuz- s’etaent aboliys, ou, den lez sédormants, avaent perdu de l’échevis q’araet donae le tourn d’ermettr ma teyte den mon element. Maez cant pus ren ne reste de l’ancien temp, aprés son monde peri, aprés lour faes abrazae, tout souls, terves pus fort maez od pus fort de vivetae, meins fetis, pus faeyabl, a tenir pus longtemp, le senti e le gout restent core en engraen, come dez âmes, a se ravener, a esperer, od le restant gâpissi-gâpissant, a porter san fadir, sus un falhi degoutalh q’en ét a sentir toute peine, le poêz escarabl de la remembrance.

E aossitôt come j’eus erconeù le gout du bout de madeleine trempae den le tilheul qe ma tante me donaet (core qe je fuje pas core a savair e qe je deije ermettr a ben pus tard pourqhi caoze qe j’etaes si benaeze ao souvenir ilae), dés aossitôt, la veilhe ôtae greize sus la rue, eyou qe sa chambr al se terouaet, arivit come den un teiâtr a se mettr decontr le petit lojis a douner sus le jardrin, q’avaet étae bâti pour mon monde sus le darriere (ste bout de muralh tout soul qe j’avaes erveù diq’astoure) ; e od l’ôtae, la vile, la Pllace eyou qe j’etaes envyae avant qe de diner, lez vays eyou qe j’alaes ez comissions d’un bout a l’aotr du journ e sour tous temps, lez chemins qe je pernaem cant le temp taet ao biao. E come den le jeu-la qe lez Japonaez se défutent a tremper den ûne bole en porcelaene plleine d’aeve dez orbilhes de papier difameys qi, toute peine den l’iao, s’égalhent, se détournent, se coulorient, s’entr separtissent yûne de l’aotr a devenir dez fllours, dez ôtieùs, dez petites bones fames ben erconaessabls, lez fllours de notr jardrin e yeuz du pourprinz ao Monsieu Swann, e lez ribotes den la Vivone, e le brave monde du vilaije e lourz petits lojis e l’iglleze e tout Combray e sez paraijes, tout ella qi devient fétis, a sourdae, vile come jardrins, de ma tassey de teh paraelh come yeùz astoure-ci.





Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :