ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



(retour index)

La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney

"Le Grand Meaulnes" d'Alain-Fournier

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !



AlainFournier


Alain-Fournier, 1905

Si qe je vouz caoze d’Alain-Fournier, vouz chonjez den le Grand Meaulnes. De faet, ‘ét le roman-ilae qi vient t’t-a-l’oure ao runje.

‘ét a la Chapelle d’Angillon den le Cher qe l’écrivouz denaqhit en 1886. Come den le Grand Meaulnes, son pere fezaet l’école. Il va étr dépllaçae den le bas du departement a Epineuil eyou qe Henri-Alban (ét sez vrais petits noms) sera si enhaetae od sez jeunes aneys.

A douze ans, il monte a Pariz ao liçae Voltaere, peis en 1901, son nom ét portae a Brest a l’École Navale. De faet, il a en idey de faere le marin pour vayaijer. Maez il se dedit l’aney d’aprés en s’avizant q’il poura jamaez se naler trop lein du payz de son efance.

Ervenu sus Pariz, il ét en amitae od li qi sera le menouz de la NRF, Jacques Rivière, maez en sur qe tout, il se treue od ûne belle demoêzelle e Alain-Fournier chaet t’t-a-l’oure en amour de yelle. Ed-cid ét deja prominze pâmeins. Alaen-Fournier le saet pas e uit aneys de temp, il sera a cercher aprés yelle. Cant il laz ertreue, al ét mariey e engarçalhey. Entertemp, ‘ét dés lez permiers temps q’il laz avaet veùe qe son roman s’ét concrayae en li.

Si q’Alain-Fournier a écrit dez poieziys ou dez nouvelles aossi ben, c’ét ghere qe le grand Meaulnes qi l’a faet aqeneuttr. Ben vrai qe le roman-ici nouz faet rentrer den un monde de reyves, qi nouz ramene a notr jeune temp e qi émouvilhe. San conter lez payzaijes de Sologne qi sont pour l’ecrivouz son pairier de Madeleine.

Alain-Fournier mourt a la gherre le 22 sectembr 1914. Son roman tout soul ét le pus lizu e le pus tournae aprés le Petit Prince de St-Exupéry.


La passey tourney ici raporte a cant le Grand Meaulnes e Yvonne de Galaez vont s’entr terouer, ûne encontr qi va éterferrer le prime personaije e qi ramene a l’écrivouz coment q’ il a étae en dezapaod od yelle q’il n’en taet si tant éprinz.


LE GRAND MEAULNES

Edition de 1965

L’aqhaeyaije se passit ao devant d’ûne sapineriy. Sus la banche, lez passaijers a s’entr tenir yun contr l’aotr eùrent d’esperer ûne petite boutey qe yun dez bateliers décroulhisse le cagenac de la cllay. Od qhel émai, Meaulnes s’ermembrit par aprés la petite passey qe, sus le bord de l’étanc, il avaet zeù decontr la siene bentôt, la chiaere se naley maezei de la demoêzelle ! Il avaet aregardae od sez uelhs tout éberdalhaes ste filomiy si pûre diqa n’n étr pour partir a braere. E il s’ermettaet d’avair veù, paraelh come un segret doujet q’ol li z-avaet erbalhae, un petit de poùdr sus sa jot.

Ûne fais a bas, tout alit de charme come den un reybl. Pendiment qe lez efants huchaent en joey a galoper, qe dez noçouz s’atropelaent e s’égalhaent travers lez boêz, Meaulnes partit de l’avant den ûne rabine, qe, a deiz encaleys devant li, la jeune filhe taet a marcher. Il se terouit decontr yelle san avair zeù le temp de chonjer deden :

—V’éte mouêze, q’il dit ren qe de memme.

Maez al enqhettit pus grand e san répondr, print ûne vayette traversiere. D’aotr pourmenouz taent a coure e drujer travers lez rabines, saqhun a son long laizis come sa teyte le portaet. Le garçon se bllâmit hardiment d’avair étae bedas, pacheù, beulout come il se dizaet en li-memme. Il cheminaet chemini-cheminant, en s’enteytant a chonjer q’il ervairaet pus ste grâcieuze marraene d’aotr, cant q’il vizit a laz vair tout-d’un-coup a venir devers li e cojey de passer par a li den la sente étreite. Al écalaet od sez deuz maens démenoteys lez ourles de son grand mantèo. Al avaet dez solers nairs a grande peqe. Sez chevilhes de piet taent si terves q’il pleyaent n’y a dez fais e qe n’en craegnaet de lez vair s’égrilher.

Le coup-ci, le garçon mourmoutit a laz saluer :

— Voul’ouz me pardoner ?

— Je vouz pardone, q’ol s’en vint den son serieuz. Maez faot qe je m’en vaez od lez efants peis-q’ét yeùz qi menant le jeu aneit. A ‘rvair “

Ghustin laz peryit de demeurer core un petit. Il radoulhaet a li caozer, maez il taet si tant émarnantae den la voêz, si tant décomportae q’al print un pas pus court e l’acoutit.

— Je sae sement pas mai qhi qe vouz éte, q’al s’en vint pour finir.

Al parfaetaet chaqe mot sus le memme ton, en pezant paraelh sus chaqe, maez od le darraen a étr adoùci pus fort… De ça, ol decessit de faere biao jeu, son bèc mingllae manierement e sez uelhs blleus ergardaent ao lein a peine de bon.

— Je sae pas mai votr nom pus fort, qe Meaulnes réponit.

Il taent a suedr maezei un chemin dézalombrae, e n’en vayaet trac-la lez noçouz apercher d’ûne ôtae toute soule en plleine campaegne.

— Vaici « l’ôtae a Franz », qe la demoêzelle al dit, faot qe je vouz laesse ...

Al restit entr lez deuz, souriettit ûne petite berouey a l’ergarder e s’en vint de memme :

« Mon nom ?… ‘ét Yvone de Galaez qe je sei mai … »

E al se saovit.

« L’ôtae a Franz », n’y avaet pas aoqhun a demeurer deden. Maez Meaulnes laz terouit garniy od la tropey de noçouz diqa den lez soliers. De ça, il ut pas ghere laizir de vizer a vair de façon du leu eyou q’il se terouaet : le monde colacionirent en presse od lour mouchoerey emmeney od yeùz sus lez batiaos, ça qi taet ghere de saezon, maez lez efants avaent decidae de memme, saeben ; e d’erpartir pus lein. Meaulnes se raperchit de la demoêzelle de Galaez ao coup q’il laz vit dehorir e, pour repondr a ce q’al avaet dit t’t-a-l’oure :

« Le nom qe je vouz mettaes mai taet pus biao, q’il dit de memme.

— Qhi don ? Qheu nom qe ça taet ? » q’al s’en vint, tenant a se tenir ben serieuz.

Maez il fut en poùr d’avair mal caozae e repondit pas ren.

« Mon nom a mai ét Ghustin Meaulnes, q’il dit a suedr e je sei poussouz.

— Oh, v’éte a pousser ? q’al dit. E il restirent core a faere ûne petite contey. Il caozirent de memme oure d’aeze, sus lour poêz, en amitae. Peis, al chanjit den son alement. Meins de grandeur, meins parfaete, al taet come a s’adeuler manierement astoure. En araet dire q’al s’émayaet de qhi qe Meaulnes araet li sortir e al s’en éfoùchaet d’avance. Al taet côte-côte catë li a fringller, paraelh qeme ûne irondelle qi s’ét pozey a bas ûne petite berouey e qi s’achale deja de s’avoler de retourn.

« Ver ventiers ? Ver ventiers ? » q’al répondaet doùcement sus ce qe Meaulnes avaet en javelle.

Maez cant pour finir, il darit li demander le dreit d’ervenir un journ devers ste biao demaene :

« Je serae a vouz esperer. » q’al répondit qe de memme.

Il arivaent en veùre de la banche. Al s’areytit blloq e dit de memme toute jujey :

« Je som deuz garçalhes ; j’om faet ûne foleriy. Faot pas qe je montejiom den le memme batèo du coup-ci. A ’rvair, venez pas aprés mai d’aotr».





Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :