ACADEMIY DU GALO

Académie du Gallo



(retour index)

La Petite Bibliothèque de l'Académie du Gallo

La paije tourney

"Memoêres de deden un suaere"
     de François-René de CHATEAUBRIAND

Un mot inconnu ?        Utilisez les fonctions 'Dictionnaire' en bas de page !



François-René de CHATEAUBRIAND


Portrait de Chateaubriand
par Anne-Louis Giroddet
Musée de la Ville de Saint-Malo

François-René de Chateaubriand (Châtèberiand) ét le pus grand écrivaen françaez denaqhi en Bertaegne. Sa familhe taet de la haote a Saent-Mâlo eyou q’il denaqhit en 1768. Son pere s’ét faet du tiroer hardiment, pour ûne part sus la traete dez Nairs. Il ajetit le châtèo de Combout, e c’ét ilae qe François-René va passer le grand de son efance.

En 1791, sti-ci ét ez Ameriqes. Il s’en ervient en 1792, mene batalhe contr lez Republiqhaens. Blleçae, il va se ramasser en Anglleterre. Par aprés, cant il va ervenir en France, il va banir René, Atala e le Génie du Christianisme. Sez ecrits vont avair un poêz conseqent. J’om ilae le soutr du romantiqe, la duette d’ecrivaije le pus fort ao roule den le XIX° siècl.

Sour Napoleion, qi li haete pas, il part mener un vayaije en Mei-Soulaere, en devocion q’il ét d’ecrire un livr entourn la victoêre de la cretienetae sus la payenetae. Chouan come diabe (si nen peut dire), il va defendr la monarchiy e sera ministr sour Louis XVIII. Par étr trop chouan memme, il sera qhuzetae e va se ‘rtirer de la politiqe.

Sez darraenes aneys, il va lez passer a parfinir sez Memoires d’outre-tombe (Memoêres de deden un suaere).


La passey dez memoêres-ilae qe j’om tournae ici ramene a son efance a Combout. Il n’n ét caozance de son adlaizeriy e dez saireys foùchouzes ao châtèo, a l’ivern tourjous, entr son grèche de pere e sa mere e sa seur si tant avenantes.


MEMOÊRES DE DEDEN UN SUAERE

Le Livre de Poche
édition de 1964

Le diner prinz, je restaem de compaegniy diq’a deuz oures. De ça, si q’a la belle saezon, mon pere, ça taet la peyche son défutement, e q’il passaet vair de son courtilhaije ou ben fezaet le tourn du patron ; si qe devers la basse saezon e a l’ivern, il partaet a la chace, ma mere se retiraet yelle den la chapelle, eyou q’al restaet un coupl d’oures a perier. Ste chapelle taet ûne estale tenierje, rembelliy od dez biaos tabllaos dez pus grands maettrs, qe n’en taet pas a s’atendr ghere a terouer den un châtèo du Moyen-Âje, den le fin fond de la Bertaegne. Ao journ d’aneit, je sei a tenir od mai ûne Saente Familhe de l’Albane, peinturey sus du qhuivr, dehaley de la chapelle-ilae : v’la tout ce qi me rest de Combout.

Mon pere parti oleva, ma mere a perier, Lucile s’embarraet den sa chambr ; je retournaes mai a mon cabernot, ou ben j’alaes galoper den lez cllos.

Sus lez ouit oures, la clloche sonaet le souper. Aprés souper, den lez biaos journs, je nouz sietaem sus le perron. Mon pere, od son fuzilh, foualhaet lez houpettes qi s’arachaent dez qerniaos a la brûne de neit. Ma mere, Lucile e mai, j’aregardaem le temp, lez boêz, le sourai a sa qhute, lez permieres étailes. Sus lez deiz oures, je nouz ramassaem e j’alaem nouz coùcher.

A la basse saezon come a l’ivern, lez saireys, ça taet pas le memme jeu. Le souper prinz e lez catr soupouz repartis de la tabl a la cheminey, ma mere se jetaet en bufant, sus un vieuz leit de journ verjelae ; y avaet un tabllet de pozae ao devant de yelle od ûne boujiy. Je me sietaes aoprés de la fouey cantë Lucile ; lez servants débaraçaent la tabl e se retiraent. Mon pere se mettaet aloure a aler de son piet san decesser ren q’a son oure d’aler se coùcher. Il taet hanae od ûne robe de droghet bllanche, ou putôt d’un maniere de mantèo qe j’ae veù qe li a n’en porter yun. Sus le pot de sa teyte a maitiae peley, un grand bonet bllanc se derçaet ben dreitement. Cant, a se pourmener, q’il partaet du foyer a aler pus lein, y avaet si petit de cllertae den la grand sale, od ren q’ûne boujiy toute soule, qe je le vayaem memme pus ; je le ouayaem pus q’a marcher den la troubllour sement : peis il taet a ‘rbourser sus son poêz devers le rai de la fouey, e il sourdaet de la troubllour pirote a pirote, come un sembllant, od sa robe bllanche, son bonet bllanc, sa fighure de long e nierje. Mai e peis Lucile, je nouz entr amessaem ren qe d’un coupl de mouts cant il taet a l’aotr bout de la sale ; je nouz taezaem cant il revenaet a s’apercher. A passer, il sortaet de memme : « De qhi qe vouz tiez a caozer ? ». Époùri net, je répondaem pas herme ; il recontinuaet a marcher. Le restant de la sairey, j’avaem pus den lez oraelhes qe le cotis de sez pas a tabaoder reglément, ma mere a alaener, e le vent a mourmoner.

Deiz oures redondaent a l’orloje du châtèo : mon pere areytaet blloq ; le memme ressort a lever le martèo de l’orloje l’avaet minz a bas de marcher. Il dehalaet sa montr, laz remontaet, pernaet un grand begaod d’arjenteùre od ûne grande boujiy dessus, rentraet pour un coup de temp diqa den la petite tour de galerne, peis ervenaet, son fllambas den sa maen, e s’aperchaet de sa chambr a dormir, qi se tenaet den la petite tour de soulaere. Mai e peis Lucile, je taem sus son passaije ; je li donaem la jotey en li souaetant ûne bone neitey. Il s’acantaet devers nouz od sa jot creuze e seche san dire mout, recontinuaet son chemin e se ‘rtiraet den le fond de la tour, qe je ouayaem lez portes a se 'rcllore aprés li.

Je taem défaeynaes d’un saot ; ma mere, ma seur e peis mai, emmorfozaes en estatues od mon pere a étr la, je ‘rdevenaem dez vivants. Permier qe je fime ûne fais dézencraodaes, je partaem a batr de la goule qe j’en decessaem pus de dire : si qe je taem restaes embarraes den la taezeriy, je nouz revenjaem qheurument astoure-ci.

Ûne fais sorti de noz debagouleriys, j’ahoupaes la chamberiere, e je ‘rmenaes ma mere e ma seur a lour chambr a saqhun. Avant qe de partir de cantë yeùz, il me mettaent a regarder par dessour lez leits, den lez chemineys, par darriere lez us, aler vair dez escaliers, dez passaijes e dez colidors a côtae. Lez veilhes acreiriys du châtèo, volouz ou sembllants, lour revenaent ao runje. Le monde s’etaent minz den lourz teytes q’un maniere de conte de Combout, od ûne qhette en boêz, defuntae dempeis un coupl de siecls, sourdaet a dez moments, e q’il avaet étae terouae den lez grands escaliers de la ronditey ; sa qhette en boêz taet toute soule dez fais etou a se pourmener od un chat nair.




Appel du dictionnaire
Mot exact (*) à traduire:

(*) si nom propre, insérer un blanc avant la saisie pour conserver la majuscule
   


Si besoin des services complets du Dictionnaire :